Menu

nzingaProjet d'adaptation de l'agriculture familiale des familles vulnérables de Kimbanseke (Kinshasa) et de leur gestion de l'eau aux changements climatiques afin de promouvoir les droits de leurs enfants et protéger l'environnement.

 

  • Objectif : 

    A Kinshasa, le changement climatique engendre de longues périodes de sécheresse en alternance avec de fortes chutes de pluie et des inondations. Cela perturbe l’agriculture traditionnelle.Le projet permet aux familles vulnérables d'apprendre des techniques d’agriculture écologique modernes et le compostage pour produire de l'engrais, met à disposition du matériel et des semences et assure une alimentation équilibrée aux enfants.
    Outre le climat, l’accroissement de la population à Kinshasa cause également problème : les ordures ménagères, les excréments et les déchets industriels finissent dans les rues et les rivières. Les enfants pauvres de Kinshasa en subissent surtout les conséquences : ils n’ont pas accès à l’eau potable, vivent dans des quartiers totalement délabrés et tombent ainsi de plus en plus malades.Le projet permet l'installation de 8 nouvelles sources d’eau et à la rénovation de 20 autres. Des actions de nettoyage, 50 poubelles publiques et un système de gestion des déchets permettent d’assainir les rues et les quartiers. Des partenaires locaux et des associations reprendront la gestion de cette infrastructure. De cette manière, l’eau et les rues resteront durablement propres.
    Beaucoup de familles vivent en situation de grande pauvreté. Le projet leur permet de monter un petit commerce. Il se concentrespécifiquement sur des activités qui ont un impact positif sur l’environnement; par exemple, la transformation du plastic en une sorte d’asphalte ou le tissage de sacs à partir de feuilles de maïs.
    Une eau sale et une mauvaise hygiène causent beaucoup de maladies en RD Congo. Le projet travaille avec des associations locales pour la prise de conscience de ces problématiques et permet une application quotidienne de bonnes pratiques ( par exemple l’installation d’un lavabo dans chaque maison)
    SOS travaille en collaboration avec ASUREP, une association locale qui, avec l’aide de jeunes locaux, se bat pour l’eau potable et l’amélioration des conditions de vie des communautés pauvres. Le projet permet la mise en placedes structures locales, comme des banques d’épargne et des comités des droits des enfants. Ainsi, la communauté, y compris les enfants et les jeunes, prend progressivement la responsabilité du projet sous son aile.
    SOS veille également, complémentairement au projet, à ce que les 200 enfants touchés puissent aller à l’école.

  • Porteur du projet : SOS Villages d'enfants Belgique avec SOS Villages d'enfants RDC et ASUREP Mangana

 

 

 

 

Go to top